Pourquoi faire un bilan

Pour les enfants:

Véritable outil thérapeutique, le bilan psychométrique permet de comprendre le fonctionnement intellectuel et affectif d’un enfant ou d’un adolescent.  Il permet de mieux décoder ses fragilités, mais aussi et surtout ses forces et ses ressources afin de mieux l’accompagner quelle que soient ses singularités et de l’aider à reprendre confiance en lui.

Pour les enfants ou adolescents, l’évaluation du fonctionnement cognitif peut se faire à la demande du milieu médical ou paramédical (médecin, pédiatre, psychiatre, orthophoniste, psychomotricienne, thérapeute, …) ou du milieu éducatif (enseignant, professeur des écoles, directeurs, éducateurs…) pour détecter une vraie difficulté ( apprentissage, comportement )  pour comprendre un paradoxe entre moyens intellectuels et réussite scolaire,  pour étayer un dossier un peu fragile ou aider à prendre une décision (saut de classe, orientation).

Le bilan psychologique peut également constituer une médiation institutionnelle entre le psychologue et les enseignants. Certains éléments du bilan permettront une élaboration pédagogique renouvelée, une redécouverte de l’élève, un changement de perspective concernant son rapport à l’apprentissage, une réouverture de la discussion sur son parcours scolaire, etc.

L’aide apportée sur le(s) domaine(s) spécifiquement concerné(s) permettrait à l’enfant de retrouver une efficacité tout à fait acceptable, avec des conséquences prévisibles (plus optimistes) sur l’orientation à envisager.

Enfin, lorsque la réussite scolaire n’est pas au rendez-vous, lorsque les apprentissages ne se font pas alors que le niveau cognitif est suffisant, il est parfois intéressant d’explorer plus précisément les capacités d’attention de l’enfant. Certains tests visent à analyser en détail l’attention de l’enfant ou son déficit. Ils seront proposés en compléments si cela s’avère nécessaire. Ils sont d’une aide précieuse pour poser un diagnostic de trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité TDAH.

 

Le bilan cognitif peut également se faire à la demande des parents qui souhaiteraient mieux comprendre leur enfant d’une part et l’aider à développer son potentiel et à travailler ses faiblesses d’autre part. La plupart du temps, lorsque la demande émerge de la famille, il s’agit d’une suspicion de précocité intellectuelle, autrement appelé Enfant Intellectuellement Précoce (EIP) ou encore enfant à Haut Potentiel Intellectuel (HPI).

 

Pour l’enfant à Haut potentiel intellectuel, ce bilan est souvent essentiel :

Les difficultés seront plus ou moins marquées selon si l’enfant a été ou non dépisté, et l’âge auquel a été posé le diagnostic. Lorsque l’enfant grandit sans savoir qui il est vraiment, les risques de troubles psychologiques deviennent plus importants. Poser le diagnostic jeune permet de prévenir les troubles et d’accompagner l’enfant pour qu’il s’épanouisse au mieux sur les plans affectifs et intellectuels. Mais un diagnostic plus tardif ne doit pas être négligé, car il permet de mettre du sens sur les difficultés et de relancer l’enfant sur son parcours de vie. Y compris à l’adolescence. En effet, les enfants et adolescents à haut potentiel (surdoués) bénéficient d’un cerveau qui fonctionne différemment que celui de la majorité des autres enfants et adolescents de leur âge. Ils ne sont pas nécessairement plus intelligents mais ont davantage de potentiels. Ce potentiel peut ou non être exploité en fonction de leur bien-être, de leur intérêt pour les choses et de la manière dont ils vivent leurs relations interpersonnelles. Environ 75% des enfants et adolescents précoces ressentent un mal-être psychique qui les perturbe et entraînent une mauvaise adaptation à leur environnement associé à un échec ou rejet scolaire. Ainsi, en aidant ces enfants et adolescents à comprendre les particularités de leur fonctionnement cognitif, ils pourront s’appuyer sur leurs ressources psychiques pour s’adapter à leur environnement scolaire et extrascolaire et vivre leur « décalage » intellectuel avec davantage de sérénité.

 

 Déroulement du bilan

Pour les enfants de 2 ans à 6 ans, je reçois l’enfant avec ses parents. Nous commençons par un entretien afin d’analyser la problématique et identifier la demande.  Ce temps permet également de faire connaissance avec l’enfant tout en se sentant sécurisé par ses parents.

Ensuite, si l’enfant l’accepte, je le vois seul pour faire le bilan mais s’il se sent trop angoissé, les parents pourront être présent lors de la passation du bilan. Si l’enfant présente de l’angoisse, nous ne pourrons pas l’évaluer correctement et il n’est pas aisé de rester seul avec une inconnue.

Le bilan psychométrique est réalisé avec la dernière version de la WPPSI, la WPPSI IV. Il est effectué sur une durée de 30 à 60 minutes environ, selon l’âge de l’enfant.

La restitution a lieu dans la même journée.

Pour les enfants de 6-7 à 15-16 ans, le bilan commence par un questionnaire envoyé à la maison que l’enfant doit remplir seul ou avec le soutien de ses parents qui ne doivent en aucun cas l’influencer. Cette auto-évaluation a pour but de mieux comprendre l’enfant sur son état émotionnel et sur certains points de son fonctionnement intellectuel. Dans ce questionnaire il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Ces questionnaires sont à me renvoyer, avec l’enveloppe prévue à cet effet, au plus tard une semaine avant le jour du bilan.

Vient ensuite la rencontre avec les parents et l’enfant au cabinet, où j’examine la problématique et identifie la demande. Ce temps permet également à l’enfant de commencer à entrer en relation avec moi-même, tout en se sentant rassuré par la présence de ses parents auprès de lui. Il est important à mes yeux que l’enfant se sente bien afin que l’on puisse travailler ensemble dans de bonnes conditions.

Un second temps est dédié à la passation du test psychométrique que je réalise avec la dernière version du WISC, le WISC V. Un deuxième rendez-vous peut être mis en place si des tests complémentaires s’avèrent nécessaires.

Un dernier rendez-vous, le jour même ou 2 à 3 semaines plus tard, est dédié à la restitution d’un compte rendu oral et écrit détaillé.

Si vous vous questionnez sur la nécessité de faire passer un bilan ou un test de QI à votre enfant, un entretien préalable est possible. Avec les éléments que vous me donnerez, nous établirons ensemble si, dans votre situation, un bilan est nécessaire ou non.

 

 

Pour les adultes:

Faire la demande de passation d’un test de QI n’est pas chose facile. Beaucoup de questionnements sur votre fonctionnement cognitif, vos relations aux autres, des interrogations sur votre parcours scolaire ou professionnel pourraient avoir réponse avec les résultats à ce test. Néanmoins, la peur de s’être trompé sur soi ou de paraître présomptueux est souvent présent.

Pourtant, de nos jours, de nombreux adultes font à présent cette démarche. En effet, depuis peu, l’éducation nationale accorde une grande importance à la détection des enfants à haut potentiel, afin de les accompagner au mieux dans leur scolarité et leur intégration. Ce n’était pas le cas il y a encore peu de temps et ces enfants d’avant sont, pour beaucoup, passés à travers de cette détection et n’ont pas été compris ou entendus. Certains se sont retrouvés en échec scolaire et orientés dans une filière qui ne leur correspondait pas et aujourd’hui, ne s’épanouissent pas dans leur travail. D’autres n’ont pas été accompagné pour travailler sur l’intégration et aujourd’hui ont des difficultés à trouver leur place dans la société. Certains sont même en difficulté sociale et professionnelle.

Les résultats du test permettent de donner du sens aux événements passés et aux difficultés passées et présentes; de répondre à des interrogations pour une réorientation professionnelle.

Comprendre son fonctionnement intellectuel permet plus facilement l’acceptation de soi et aide à trouver les moyens de résoudre ses propres problématiques. C’est un premier pas pour un démarche vers un mieux être.

 

Déroulement du bilan

Le bilan s’effectue en une séance de 2h30 environ.

Nous commençons par un entretien afin de comprendre au mieux la raison de demande.

Ensuite, nous effectuons le test cognitif, que je réalise avec la dernière version de la WAIS, la WAIS IV, puis nous terminons par un questionnaire de personnalité.

Un second rendez-vous est établi, soit le jour même, soit 2 à 3 semaines plus tard, selon votre choix, afin de vous restituer un compte rendu écrit de l’analyse des résultats. Cet entretien permet également d’en discuter et de répondre à vos questions.

 

Pour toute question, n’hésitez pas à me contacter par téléphone, par e-mail, ou via le formulaire ci-dessous.